web counter

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Annales

Il y a celle, très égoïste et très généreuse, qui part sans se retourner, et qui pourtant ne laisse jamais.

(une jolie sage)

Il y a celle qui interminablement attend, sa beauté changeante et intacte, obsédée  d’elle à force de s’oublier pour d’autres, qu’enfin l’on voie ses désirs

(une pute)

Il y a celle qui ose tout. Moineau sans attrait et pourtant attirante tant elle est sans malice, offerte à qui la veut sans le moindre recul, étonnante d’audaces inconscientes. Un con, c’est tout.

(une bourge infidèle)

Il y a l’entre-deux, qui s’enlève à date fixe des années qui ne regardent qu’elle, aux seins trompeurs et à la chatte alerte, qui supplie qu’on l’approuve, qui supplie qu’on la voie, encore un peu.  Encore un moment.  Je vous en supplie, pas déjà.

(une vieille, coincée)

Il y a l’épouse, con comme un balai et seins comme des pastèques.

(une MILF bien lourde)

Il y a la changeante, la vraie Gouttière, qui retombe sur ses pattes et disparaît silencieusement, qui s’enfuit par les toits, ne se blesse jamais, et qui un peu plus loin, à chaque fois, se fait adopter.

(une innocente)

Il y a la sudiste, brillante et gouailleuse, tendre et laiteuse, plume concentrée de féminité éclatante, qu’on entend sourire même quand elle gueule.

(Une belle)

Il y a celle, clinquante, élancée, racée et élégante, fine, intelligente, courtisée, et sûre d’elle, et noire noire noire en dedans.

(une laide belle)

Il y a celles qui cherchent, toutes, à frotter leur jeunes chairs à qui saura les aimer, les aimer toujours.

(une jeune un peu salope)

 

(une déjantée)

Les commentaires sont fermés.