web counter

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Domino - La page sic

 

Longtemps j’essaie de garder pliées du mieux possible mes monstrueuses ailes asymétriques, déséquilibrées, un peu cassées au bout et pelées par endroits.

(L’un arrive, me place sur un tas d’ordures dont il me parle comme d’un château et me dit « vole ».)

Je rencontre un château, très haut et très grand, fait de tas d’ordures, de toutes ces choses que l’on rejette avec horreur et dont personne ne voudrait, où se sont réfugiés d’autres ailés, qui du bout de leurs appendices pervertis tentent de se toucher les uns les autres.

Je regarde les miennes d’ailes, floues et malhabiles. Je ne voudrais blesser personne avec. Je voudrais les déployer, le déplier, les regarder en face, les lisser. Peut-être un jour quelqu’un les aimera. Peut-être un jour quelqu’un, quelqu’un qui n’essaiera pas de les repasser, de les voler, de les détruire, quelqu’un les aimera. Peut-être que, un jour, mon reflet les aimera, comme moi-même. Un reflet qui ne fera pas peur. Et je pourrai alors m’envoler, sans me retourner, pour toujours.

Écrire un commentaire

Optionnel