web counter

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Domino - La corde à flotter

La grande femme brune est peau-nue, lovée, presque recroquevillée dans un fauteuil placé dans le coin le plus sombre. Elle a ramené ses jambes contre elle, sous elle. Ses genoux frôlent sa poitrine. Une lanière de cuir brun, épaisse et large, comprime son corps, passant entre ses jambes, sur le sexe nu, sous le renflé des fesses, par-dessus les seins frileux, autour des bras, souligne le cou. Une ligne sur le ventre et jusqu’aux creux de la gorge sert de colonne à l’entrelac sévère de peau tannée, tournant de temps en temps dans des anneaux silencieux de métal argenté. Elle n’a le droit ni de bouger, ni de toucher, à peine de respirer. Il lui est défendu de fermer les yeux.

 

Devant elle et sans paraître la voir, toute la soirée, des hommes, des femmes, habillés de noir, de cuir, de dentelle, de latex, de talons, de costumes stricts, de vinyle, de pièces dénudées, de cordes et de leurs seuls désirs vont parader, se succéder, danser, crier, jouir, mordre, frapper, attacher, contraindre, pénétrer, heurter, fouetter, branler, sucer, étreindre, siroter, ignorer, murmurer, rire, prêter, paraître, boire, manger, parler, gémir, ahaner, mouiller, bander, caresser, ramener, trainer, tordre, se révéler, laisser, sortir, entrer revenir, repasser, se tenir, secouer, promener, des heures.

« Longtemps je me suis imaginé ce moment. Longtemps je l'ai guetté, mais ce froid, le froid dedans, l’inconfort, le dos qui tire, le cuir qui entre dans la chair. L’impression atroce de n’être pas à ma place. L’horreur des gens nus près de moi. Je n’ai pas envie de la chair des autres. La mienne m’encombre déjà assez comme ça. Comment font-ils, comment font-elles avec la chair des autres, avec les autres chairs? Avec les souffles et les désirs des autres, des inconnus? En faut-il, de la douceur, pour se glisser parmi les autres. Pour se glisser parmi les femmes. Il n'y a pas, pour être enfin la femme en soi, de modèle d'emploi. Comment font-elles ces autres pour être la femme qu'elles sont? La femme douce qu'elles sont?"

 

 

"Je ne veux pas être choisi. Je veux être préféré".

(Monsieur Gide, Monsieur André)

Commentaires

  • Oui! Comment?

    Monsieur André avait complètement raison.
    Monsieur Gide, aussi.
    Du désir. Rien que du désir.

    Et ça fait du bien de lire à nouveau!

  • Du désir croyez-vous. Mais Monsieur André fait de Monsieur Gide un égotique éperdu, en manque violent de l'amour et de l'admiration de son prochain, et le désir, là dedans, le vrai désir de l'autre se perd dans le désir de soi, de se trouver et de se reconnaître enfin dans un regard.

    La réponse, je l'attends, je ne l'ai pas.

  • "... en manque violent de l'amour..."
    Hm! Du coup, je me demande si ce qu'il dit là, c'est vraiment ce qu'il disait: "choisi".
    Il me semble que c'est "aimé" ("Je ne veux pas être aimé." ou "Aimé n'est rien" - quelque chose comme ça.), si ma mémoire n'est fait pas ce qu'elle veut de ce que je sais de ce Monsieur-là.

    Quoi qu'il en soit, vous me donnez envie de reprendre L'Immoraliste, un de ces quatre, sur mon oreiller.

    Et puis... oui, du désir, crois-je!
    Puisque c'est le désir qui la tient là, toute la soirée.
    Et c'est le désir qui rend la corde flottante.
    Le désir. Quel qu'il soit.
    Naissant ou agonisant.
    Dans la lecture que je fais de vos mots, encore.

  • Non, il ne disait pas ça, Monsieur Gide. C'est Monsieur André qui le lui fait dire, ou redire, autrement. D'une manière qui veut dire encore plus de choses. Du moins à moi. C'est l'un puis l'autre qui finit le boulot. Je veux le meilleur, vous vous souvenez?

    Elle est indécise, celle là, depuis un moment.

  • La vache, c'est sérieux ici, je voudrais pas déranger...

    Les filles?:
    “Pour moi, être aimé n’est rien, c’est être préféré que je désire.”
    André Gide dans la lettre à Paul Valéry
    (merci google au passage).
    Pour apporter mon humble touche personnelle, je crois même qu'il avait écrit ça après le déjeuner mais ça reste à confirmer...

  • Si tes "filles" ont besoin de sous-titres, mieux vaut leur épargner le déplacement.

Les commentaires sont fermés.