web counter

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Domino - All you need to make a movie is a gun and a girl

Il l'écoute, il la regarde, il conduit et d'un coup elle dit un mot - désir - qui le replonge loin dans les troubles de son après-midi.

 

Qui le ramène à la femme, l'autre femme, celle qui est venue tout entière dans sa jupe beige, la grande femme brune et simple, avec ses désirs, ses désirs monstrueux, énormes.

Certaines personnes n'ont pas de fantasmes, non, certaines personnes sont des fantasmes, sont des désirs. Leurs désirs font à ce point partie de leur être, de ce qu'ils sont que les approcher, ces désirs, les vivre, les toucher, les autoriser, mon Dieu, les autoriser les font sortir de leur gangue, ces gens. Les révèlent à eux-mêmes. Les mettent au monde, enfin.

ça les tempérants originels ne pourront jamais le comprendre. ça les étonne, les tempérants originels qu'un désir, que les désirs puissent définir ou façonner. Que la transgression, que l'abandon à ces désirs soit aussi vital, aussi nécessaire, qu'une personne entière puisse mourir de ne pas vivre ses désirs. Que cette vague monstrueuse qui déferle à l'intérieur finisse par bousiller les digues et qu'il ne reste plus rien.

Les tempérants originels, eux, considèrent avec un peu de pitié, rarement de l'envie, ces précaires en équilibre instable sur leurs refoulements, ces border line aux bords cramés, et leurs désirs, leurs désirs tellement puissants qu'ils ne sont jamais des fantasmes, et déjà plus des envies. Ces désirs qui sont le noyau.

Se laisser aller à s'y soumettre, se laisser aller à ce qu'on est, ce moment où la carapace casse, où les carcans de l'acquis, les entraves socialisées, les cocons éduqués censés l'éteindre et le contenir fondent d'un coup avec un grand tchouf au passage, au jaillissement du noyau, du noyau à l'air libre.

Soi, à l'air libre et nu.

C'est pas tant le cul, sa came, c'est pas tant le jeune cul, sa came. Sa came à lui, dont il ne pourra jamais se passer c'est ça, être celui qui nique la carapace, et voit jaillir, à l'air libre, le noyau nu.

 


Commentaires

  • Chère Vous.
    Permettez-moi de vous dire que vous vous trompez délicieusement sur les tempérants originels.

    Bisous!
    Tempérés.

  • Encore.

    S'il vous plaît.

  • Encore?!
    Nan! Je vais faire mes jeux et après, on verra.
    :)

  • Ce n'est pourtant pas à Gambler que le son rend ici hommage.

    Faites vos je, James. Avec mesure.

  • :)
    C'est pour ça que je fais bande à part, moi, avec le son et l'image et avec la mesure et tout ça.

    Every job he saves the girl
    Martini, mobile phone
    Bastards getting in his way
    They're all pushing daisies
    All you need to make a movie is a gun and a girl

    08981 007
    0898 007
    0898 007

  • qui alors va édifier les foules sur ce qui anime véritablement les tempérants originels, si vous persistez à faire, exclusivement dans votre coin, votre originale?

  • Priorités aux grecs, Madame, pour les foules!
    Ils savent mieux faire que moi.

    Putain, qu'est-ce que ça va donner, alors, quand je vais signer à faire l'originale, exclusivement dans mon coin!

  • Vous pirouettez.

    Signer quoi?

  • Oui, je pirouette.

    Signer... si je persiste, il faudra bien que je signe, aussi, non?!

    Tenez... l'hommage à Miss Moneypenny:

    https://www.youtube.com/watch?v=yV0lXvyXXiQ

    :)
    (Juste comme ça... pour faire mon originale à édifier les foules sur ma tempérance à moi, originelle et originale.)

    Bon, on laisse les bisous de côté:
    Je vous embrasse!

  • Comme Anna, je peux vous dire que vous vous trompez pour les tempérants originels. Je suis l'un deux, et pourtant je comprends. Je suis l'un d'eux et pourtant, il m'est aussi arrivé quelques sorties de route.

Les commentaires sont fermés.