web counter

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Domino - petite histoire du matin, encore, la suite

"Je vais jouir"

"Non, tu ne vas pas jouir. Pas avant que j'aie fini de raconter"

 

Ils viennent l’entourer tous les trois, d’abord hésitants, puis un peu enhardis par son abord docile et son immobilité, enfoncée sur le sexe de son homme. L’un d’eux s’agenouille entre ses jambes et plonge sur le sexe largement fendu, trop dodu, aux lèvres trop gonflées qui appellent la langue et la bouche et il se l’offre, longuement, sans rechercher le moins du monde son plaisir à elle, juste la bouffer.

Et elle, le cul élargi par le sexe immobile de son homme, échauffée presqu’à blanc par sa longue exposition, par le massage exhibé où elle a trop attendu que d’autres mains la touchent enfin, impatiente de tomber, impatiente de contacts, de peaux, de pénétrations, encore et encore commence à se tendre vers cette bouche et cette langue, frottant ses fesses douces sur le pieu immobile, les mains de son homme sur ses seins, tendant les pointes, pinçant, malaxant encore. Comment fait-il pour ne pas exploser, rester sans bouger, encerclé, trop serré dans son anneau palpitant, avec ce cul qui oscille, qui se frotte, qui le provoque. Ses mains à elle vont pétrir chacune les queues qu’on lui tend, passant le pouce sur les glands là où la peau est trop fine, tournant autour du méat, replongeant jusqu’à la base pendant que l’autre l’agace à la suçoter. Elle s’ouvre de plus en plus, au bord de la jouissance et refusant de jouir, attendant qu’on la fourre bordel, qu’on la fourre en plein qu’on la frotte, qu’on la remplisse merde, ils sont trois et aucun ne va y aller ?

Il en faudra un qui ose, un seul à qui on laisse la place et qui va se creuser la sienne, sans forcer, dans son sexe encore resserré par la présence de l’autre, là, juste derrière la fine paroi.

Et dès que sa corolle à lui commence à écarter les replis de son trou, elle jouit, très fort et mal, malgré elle.

Trop mûre.

Commentaires

  • Zut!
    J'ai déjà joui avant la fin des fins. Trop mûre! - dit-elle
    Ça compte pour le Domino tombé pour la bonne cause?!

    Bonsoir, Mars, belle rentrée, beaux reflets, bon tout ça!

Les commentaires sont fermés.