web counter

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Sonné en whore

    "J'attends de vous, Mademoiselle la Poupée, que ce sonnet compliqué et que vous n'aimez pas, vous l'appreniez par cœur, consciencieusement. Je sais que vous vous le murmurerez craintivement, les trois soirs qui précèderont notre rencontre, dans votre lit virginal, lovée entre vos draps blancs. Et lorsque vous viendrez à ma rencontre, petite fille vêtue de votre jupe sage et de votre chemisier boutonné, vous prendrez place devant moi. Vous tirerez vos bras en arrière et conserverez votre regard baissé tout au long de votre longue récitation. Je garderai en travers de mes cuisses cet instrument en osier pour battre les matelas, et que vous craignez tant. Et lorsque vous vous tromperez, Petite fille, car vous vous tromperez, vous croiserez alors mon regard sévère, je me lèverai, je vous ferai tourner sur vos talons plats, et j'abattrai sur le tweed tendu de votre jupe mon paddle en osier.

    Pour ce sonnet, Mademoiselle la Poupée, Mallarmé n'avait que trois rimes en X et vous n'aurez que trois jours pour vous y préparer.

    Mes instructions, Jeune fille, ne souffrent aucune exception, et vous les prendrez  au pied de la lettre.

     

     

     

     

    ppowder10.jpg

    baillon 5.jpg

    hautetwhore.jpg

     

     - Mais...Mais... C'est MOI le Maître!

     


    "

     

     

     

     

     

  • "Libère ton expression comme tu pisserais au bord d'une route, l'ami: en faisant bien attention au sens du vent"**

     

    Une rue de province assez large, près d'un fleuve, bordée de commerces et de places de stationnement, du monde qui va et vient en ce samedi matin très clair et très froid pourtant post apocalyptique mais où les gens continuent à faire un peu attention les uns aux autres.

    La petite voiture blanche et bien propre jouxte la devanture d'un grand fleuriste. Un monsieur, la respectable et altière cinquantaine, bien mis et bien propre aussi, l'air sérieux, tient courtoisement ouverte la porte arrière du véhicule, côté route, à une femme, peut être la sienne, à peu près du même âge et vêtue avec recherche, pour l'heure penchée en avant et occupée à installer au centre de la banquette arrière une imposante quoique bien gaie composition florale.

    Je me dis qu'ils doivent se préparer à se rendre à une cérémonie de mariage.

     

    Le monsieur, l'air absent et le regard baissé vers la femme, semble lui avoir totalement délégué la délicate opération qu'il ne surveille même pas. La dame, concentrée, s'affaire à trouver l'agencement optimal.

    Autour, les voitures avancent au gré de la libération des feux. 

     

    Lorsque soudain, sans prévenir, peut être sans que l'idée même arrive à sa conscience, sans doute comme un arc réflexe, sans se préoccuper des passants, ni des voitures, la main du monsieur, prenant son élan, s'abat de toutes ses forces sur la jupe blanche tendue. 

     

     

     

    ** Poutous,

         Dirty Harry.

     


  • Per rompere il ghiaccio guardare sotto il tavolo

     

    a."Les moyens les plus pittoresques d'enlever les petites lentilles aplaties de cire du corps d'une femelle, par ordre décroissant d'effroi pour cette dernière :
     
    - un couteau aiguisé, dont le fil tranchant concourt à parfaire l'épilation,
    - le fouet ,
    - un couteau peu aiguisé,
    - un martinet
    - une serviette, pour frotter énergiquement, ce qui confère un statut de pouliche bouchonnée à la malheureuse.
     
    En fait, je m'arrange généralement pour combiner ces différentes techniques.
     
    Ne pas perdre de vue que le fouet et le martinet sont des centrifugeuses à lentilles de cire. Ca en fout partout..."
     
     
     
     
     
     

     
     
     
     
     
    Texte: A
    Son: eighties
    Image: p.powder

     

  • Magnif'

     

     

     

    2015-01-11 16.40.49.jpg

    Dans le silence, les claquements de mains, une gosse minuscule avec son bébé sœur et sa mère, fières, qui chante depuis leur balcon et fait fondre tout le cortège. Ce gamin sur le feu rouge avec son crayon, RSF, en noir, Hollande qui fait un énorme câlin à Pelloux, et merde, un cortège de cars de CRS, qui descend Beaumarchais, et qu'on applaudit en haie d'honneur. Mon doigt était au centre du monde. Mon cœur, aussi.

     

     

    Et juste avant, samedi soir, le dernier fou-rire, Cabu qui règle le sort du FN et de Soumission en 4 mots.

     

    sans-titre (7).png

    Vous vous rendez compte? Ils ont plus déplacé qu'un pape mort!